Le financement quand il est participatif

Pour financer un projet (création ou reprise d’entreprise, lancement d’une activité, d’un produit…) on a généralement besoin de fonds. Et pour lever des fonds, il y a différentes possibilités parmi lesquelles le Crowdfunding ou le financement participatif (ordonnances n°2014-559 du 30 mai 2014 et n° 2016-520 du 28 avril 2016 et décret n° 2016-1453 du 28 octobre 2016).

Qu’est ce que le Crowdfunding ?

Pour illustrer facilement le concept, c’est le Téléthon ou les Restau du Cœur. Il s’agit d’un financement participatif car de masse. En effet, un grand nombre de personnes va verser (généralement par le biais de plateformes Internet) de l’argent. C’est alors une multitude de petits montants qui va atteindre des sommes visées et parfois conséquentes de par le nombre de versements et pas nécessairement par de gros montants individuels. Le montant moyen est modeste dans ce type d’opération (entre 50 à 60 euros, s’agissant d’une moyenne cela peut donc être moins ou plus).

Les porteurs de projets ainsi financés peuvent être des entreprises ou des particuliers. Les objectifs peuvent être divers et variés : social, recherche, mise en scène d’un film, lancement d’un nouveau produit, organisation d’un mariage, poursuite d’études, tour du monde…

Certains projets ne pourraient pas être financés par emprunt classique de par leur nature, le montant requis exorbitant ou variable sinon le profil de l’emprunteur. Cette nouvelle pratique offre ainsi des opportunités et des avantages certains.

Comment sont réalisés les financements ?

La participation peut se faire sous différentes formes : le don, le prêt, le financement sans contrepartie financière ou le financement avec prise de participation.

  • Le don sans aucune contrepartie
  • Le don avec une contrepartie plutôt symbolique de type objet publicitaire
  • Le don avec une prévente (si le financement porte sur l’enregistrement d’un disque, le donateur aura le CD en avant-première ou son billet d’entrée dans le carré VIP de la représentation théâtrale financée)
  • La prise de participation en fonds propres avec investissement sur le capital (actions ou obligations) ou prise de participation sur le chiffre d’affaires (royalties)
  • Prêt sans intérêts – il y a plusieurs petits prêteurs avec un remboursement déterminé dans le temps et à taux 0

Des plateformes dédiées et réglementées gèrent les opérations en percevant les dons ou les prêts.

Un délai pour récolter les fonds est imparti. A terme, si le montant est atteint, le porteur du projet se verra verser les fonds (après déduction des commissions). Si le montant visé n’est pas atteint, les contributeurs ne seront pas débités des sommes promises.

Les avantages

Pour le porteur du projet le premier avantage est financier. Les fonds n’auraient pas forcément été obtenus auprès d’établissements bancaires ou les emprunts auraient eu un coût supérieur. Ce financement est également très fédérateur pour le projet et permet ainsi un suivi et accompagnement de masse pour de jeunes entreprises. Et puis, cette pratique permet d’étudier le marché de par le nombre de donateurs et prêteurs, de leur foi et leur avis pour le projet.